Agir pour des abords d’écoles sûrs et accueillants 23 mars 2021

, par Judicaël Potonnec

Le Crem est associé à cet évènement organisé par le CEREMA et Rue de l’Avenir.

Le sujet du traitement des abords d’école est venu, après une première actualité liée à leur mise à 30km/h dans certaines villes, progressivement s’inscrire en France sur l’agenda politique des collectivités locales. Les facteurs qui ont permis à cette question d’émerger sont multiples : réactions face à la pollution, insécurité dûe à la vitesse des véhicules motorisés, désordres résultant de comportements incivils, prise de conscience de la situation faite aux enfants dans la ville et de l’intérêt d’adopter des modes de déplacements actifs, bons pour notre santé et la santé de nos villes.

Le succès rencontré depuis 2016 par les rues aux enfants a préfiguré cette évolution des mentalités.

Quelques initiatives pionnières de traitement de l’abord de l’école à Caen, Dunkerque ou Nantes, ont essaimé en particulier lors de la campagne des municipales. Plusieurs candidats et candidates avaient inscrit dans leur programme la volonté de piétonniser les abords d’école à Grenoble, Lyon, Marseille ou Paris et les élu(e)s mettent désormais en œuvre une politique ambitieuse de piétonnisation des abords d’école avec différentes formules ou en utilisant diverses appellations : rue scolaire, rue aux écoles, rue aux enfants…

Compte tenu de cette actualité riche il est apparu pertinent de faire le point sur ces multiples initiatives pour mieux cerner les enjeux qui s’y rattachent en termes de pollutions, de sécurité, de mutations de l’espace public et de changements des habitudes de déplacements impliquant parents et enfants pour favoriser, tout particulièrement, l’activité physique et la santé. Il conviendra également de faire un inventaire des différentes modalités adoptées par les villes pour faire en sorte que soit aménagé un espace de transition à la sortie de l’école qui donne clairement la priorité aux élèves sur la circulation ou le stationnement des véhicules motorisés. Enfin nous engagerons une réflexion collective sur les avancées réalisées et les obstacles qu’il faut surmonter alors qu’un sondage de Harris Interactive pour l’UNICEF montre les attentes des parents d’élèves à ce sujet.

Organisation

La matinée, de 9h30 à 12h, sera consacrée à un éclairage sur les objectifs et abordera :

  • les liens entre le traitement des abords d’école et écomobilité scolaire
  • les politiques qui peuvent être mises en place par les métropoles pour aider les communes à restaurer la pratique de la marche et du vélo sur le chemin de l’école (la métropole lilloise fera partie des territoires présentés)
  • la sécurité abords d’école ou chemin de l’école
  • la pollution un vecteur de mobilisation

L’après-midi, de 14h à 16h30, traitera des aménagements possibles pour reconquérir un espace de liberté pour les élèves :

  • aménagements devant les écoles Les possibilités réglementaires, retours d’expériences de collectivités de différentes tailles
  • vers une reconquête des espaces publics par et pour les enfants

Pour qui ?

Vous retrouverez dans ce wébinaire des éléments de réglementation, des outils d’aménagements, des retours d’expériences de collectivités sur la mise en place de stratégie d’écomobilité, en lien avec des associations, des témoignages de collectivités sur la prise en compte de ces enjeux et des enfants dans la ville, sur comment prendre en compte le point de vue des enfants dans l’aménagement et les réflexions, comment identifier les enjeux principaux et comment y répondre.

Ce wébinaire est destiné à toute personne travaillant sur l’espace public et son aménagement : élus, agents de services techniques, aménageurs, associatifs, ..."

Un pré programme sera diffusé à la mi février

Mardi 23 mars