Les différentes formes d’autopartage

, par Sébastien Torro-Tokodi

JPEG - 107.9 koVersion institutionnelle
Différent du covoiturage, ce service s’en distingue par le fait que le véhicule est conduit par plusieurs conducteurs, ce qui permet d’optimiser son usage (une voiture passe le plus clair de son temps au repos, en moyenne 94 % du temps en stationnement sur l’aire de la métropole lilloise) et de réduire le nombre de voitures nécessaires (estimé à 15 utilisateurs potentiels pour une seule voiture).

Une page très complète y est consacrée sur Wikipedia.

Pour ceux qui veulent se passer d’une voiture, Lilas Autopartage propose aux habitants de la métropole lilloise, plusieurs modèles de citadines (dont un monospace) en une soixantaine de véhicules répartis sur 31 stations au cœur des principales grandes villes de la métropole, desservies par le réseau Transpole et disposant, pour la plupart, d’arceaux vélo (places de stationnement) à proximité immédiate. Plus récemment, d’autre villes de taille moyenne ont rejoint le dispositif, ce qui porte leur nombre à 12 communes au total.

Ce service permet aux adhérents de réserver une voiture dans la station de leur choix (en fonction des disponibilités), pour une durée d’une heure minimum, et ce par téléphone, sur internet ou en passant au bureau situé boulevard de la Liberté à Lille. Un partenariat avec un loueur conventionnel permet de bénéficier de prix intéressants pour les plus grands trajets.

L’autopartage entre particuliers
Il existe également des initiatives privées. Le principe est le même mais se distingue notamment par le fait qu’une personne est propriétaire du véhicule qu’elle met à disposition des autres. L’idée est de pouvoir partager les frais d’entretien et de fonctionnement, proportionnellement à l’usage que chacun en fait. Il est possible de bénéficier de conseils par des groupes de personnes ayant mis en place ce type de système. Une étude documentée portant sur l’autopartage dit de voisins a été publiée en 2009 par le bureau d’étude ADETEC, spécialisé dans les questions liées à la mobilité, avec le soutien de l’ADEME. Ce même bureau a récemment publié le guide pratique de l’autopartage entre particuliers pour favoriser le développement de ce type de démarches, il comprend notamment un exemple de charte.
Plus d’informations et de nombreuses ressources sur la page dédiée du site d’ADETEC.

La location entre particuliers
permet une mise à disposition des voitures personnelles entre propriétaires et utilisateurs qui ne se connaissent pas au préalable. La motivation peut avant tout être d’ordre économique. Comme l’autopartage entre voisins, il est moins souple qu’un système institutionnel en raison de la nécessité pour le propriétaire de la voiture et le futur utilisateur de se rencontrer afin de procéder à l’échange des clés et des papiers. Il est néanmoins facile à mettre en place par l’usage qui est fait des outils numériques (smartphones et Internet) et a le mérite de régler la question de l’assurance, celle-ci étant comprise dans le montant final. Voici une liste non-exhaustive de sociétés qui proposent ce service :
- Buzzcar
- Cityzencar
- Deways
- Drivy
- Koolicar
- Livop (se distingue par la mise à disposition automatique des clés à bord du véhicule)
- Mavoiturealouer
- Ouicar
- Unevoiturealouer
Une comparaison entre les différentes sociétés qui proposent de mettre en relation des possesseurs de voiture et des conducteurs sous cette forme est fournie dans le dossier d’ADETEC consacré aux assurances.

Pour plus d’informations sur les caractéristiques propres à l’autopartage entre voisins et à la location entre particuliers, consulter le tableau comparatif entre ces deux types de service, réalisé par l’ADETEC.